Vous êtes ici : Accueil / les bouteilles / les ennemis de la vigne

les ennemis de la vigne

 Dans le règne animal, les insectes forment une classe d’invertébrés qui représentent 80 % des espèces. Le plus connu
 et le plus ravageur pour la vigne est le phylloxéra, insecte qui par le biais de boutures infectées importées des
 État-Unis est arrivé en Europe à partir des années 1860. Il a ravagé l’ensemble du vignoble européen. Ce puceron
 jaune se développe surtout sous l’influence de la chaleur et de la sécheresse. Il s’attaque aux racines et au bout de 4
 à 5 ans, la vigne épuisée meurt systématiquement.
 Les vignes phylloxérées furent partout remplacées par des plants américains immunisés contre le phylloxéra sur lesquels
 ont été greffés les cépages européens.
 Mais il existe bien d’autres insectes ennemis de la vigne, qui se classent en cinq grandes catégories :
Les hémiptères se caractérisent par des antennes longues ; des pièces
 buccales piqueuses avec un long rostre ;
 deux paires d’ailes dont l’une est en partie cornée.
 Cette catégorie comprend le phylloxéra, le plus célèbre puceron 
de couleur jaunâtre.
 
 
Les lépidoptères (ou papillons) peuvent s’observer sur les feuilles,
 les grappes ou les baies (chenilles).

Parmi ces chenilles les plus nuisibles sont deux tordeuses
 l’eudémis et le cochylis communément appelées vers de la grappe.
 Elles font l’objet de piégeage à l’aide de phéromones sexuelles.
 Le principe de la confusion sexuelle (avant l’accouplement) est
 d’empêcher la reproduction en brouillant la communication olfactive
 entre la femelle émettrice de phéromones et le mâle qui ne peut 
la localiser.
 
 
Les coléoptères se caractérisent par deux élytres cornés qui se
 juxtaposant au repos et par des pièces buccales broyeuses et par
 leur métamorphose complète. 
On en a répertorié plus de 300 000. 
Leurs larves en général se nourrissent de racines.
 
 
Les diptères (mouches, moustiques, etc.) sont des insectes qui
 ne possèdent qu’une seule paire d’ailes fonctionnelle d’où leur nom.

 
 
 
les acariens sont de taille minuscule, certains sont
 microscopiques. Il en existe près de 50 000 espèces. 

Les acariens provoquent l’acariose des pousses et des
 feuilles par leurs piqûres.
 Cette affection grave se reconnaît à la présence
 d’entre-nœuds courts, à l’aspect buissonnant des pousses,
 à la crispation des feuilles et à des modifications de
 leur coloration.
 
 
 



Pour mieux se protéger, le vigneron doit connaître ces différents insectes et les dégâts qu’ils causent.
 Il lui est indispensable de contrôler leurs populations et pour aller progressivement vers une lutte raisonnée.
Pour cela, il doit utiliser des produits de plus en plus respectueux de l’homme, de l’environnement et de la faune auxiliaire; 

limiter par exemple le développement des acariens avec le maintien d’une population de typhlodromes suffisante
(prédateurs des acariens) plutôt qu'utiliser un insecticide large spectre, qui est à peu près aussi selectif qu'une
 bombe atomique !

La recherche menés par les généticiens a permis de sélectionner cinq nouveaux porte-greffes résistants aux nématodes
(le ver rond), aux pucerons et autres insectes.
Il s’agit de croisements entre différentes variétés résistantes, mais quelle seront les conséquences sur le raisin 
et le vin ?
Il a été démontré que les porte- gréffe américain qui ont permis de sauver la vigne en Europe face au phyloxera,
 ont aussi changer les vins.
De l'humilité face à dame nature...

 Les maladies cryptogamiques ne sont pas en restent :
 
Le mildiou (plasmopara viticola) est un champignon parasite spécifique de la vigne.
 Il se développe à la faveur des printemps pluvieux et doux.
Contaminant les organes verts de la vigne, il peut entraîner des pertes de récoltes, 
ainsi que des problèmes de qualité des vins et d'affaiblissement des ceps.
   
L’oïdium (Erysiphe necator) est une maladie cryptogamique encore mal connue.
 Peu visible à ses débuts, difficile à contrôler une fois installée, son impact peut
 être considérable aussi bien en termes de rendement que de qualité.
   
Le black-rot (Guignardia bidwellii) est une maladie explosive dont les
 conséquences peuvent être importantes sur le rendement et sur la qualité
 du vin. 
Le black-rot sévit désormais dans tous les vignobles.